Exemples de cas vécus

 
 
 
 

 

 

NAÏMA : Faire le point sur sa vie professionnelle

Mariée et mère de deux jeunes enfants, Naïma, 35 ans, détient un baccalauréat en environnement obtenu au Maroc. Elle a travaillé dans son domaine d’études pendant deux ans avant d’avoir son premier enfant. À l’arrivée de la famille à Montréal, le ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles effectue une évaluation comparative et reconnaît à Naïma deux ans en sciences de l’environnement. Seulement, Naïma ne sait plus ce qu’elle veut faire. Le processus d'orientation lui permet de réaliser un bilan de ses compétences, ce qui lui permet de prendre conscience de l’ensemble de ses acquis, tant universitaires que professionnels. À la fin du processus, Naïma se met à la recherche d’un travail correspondant à ses aspirations, confiante qu’elle saura faire reconnaître son potentiel par un employeur.


GUY : Trouver un travail à sa mesure

Guy, 20 ans, journalier dans une usine depuis près de deux ans, souhaite profiter de sa mise à pied temporaire pour améliorer son employabilité. N’ayant jamais aimé l’école, il ne veut pas s’investir dans de longues études. Au cours des rencontres, Guy discute de ses inquiétudes et de ses motivations, tout en lui proposant d’évaluer ses intérêts, sa personnalité et ses aptitudes. Après ce travail d’exploration de soi, Guy se connaît davantage et décide de retourner aux études, mais hésite entre deux formations : installation et réparation d’équipement de télécommunication ou programmation Internet. Le c.o. lui recommande de rencontrer des travailleurs oeuvrant dans ces milieux, ce qui lui permet ensuite de faire un choix éclairé. 

 


PIERRE : Faire le point sur sa vie professionnelle

Pierre, 53 ans, gère depuis une dizaine d’années tous les projets commerciaux d’une PME de construction. Son entourage estime qu’il abat le travail d’au moins deux personnes. Consacrant la plupart de ses fins de semaine à son emploi, Pierre pense au contraire qu’il n’est pas assez productif. Néanmoins conscient que son rythme professionnel affecte sa qualité de vie, il décide d’entreprendre une démarche pour faire le point. Lors des rencontres, Pierre repense à son rapport au travail et réfléchi sur ses valeurs. Les rencontre lui permettent de prendre conscience du cercle vicieux dans lequel il s’est enfermé et à retrouver sa confiance. Pierre décide de prendre plus de temps pour lui et d’affirmer davantage ses limites. Il en parle à son patron, lequel reconnaît immédiatement la situation et lui trouve un assistant.

 

Source : Ordre des conseillers et conseillères d'orientation du Québec